La vie brisée des verriers de Givors

Leur lutte a commencé par un cri d’alarme. C’était un soir d’été, il y a près de deux ans, ils discutaient entre anciens de l’usine BSN de Givors (Rhône). Un copain est arrivé en annonçant la mort d’un ex-collègue. Cancer. Encore un. Mercédès Cervantès s’est levée. C’est elle qui a crié : « Réveillez-vous ! Vous ne voyez pas que vous êtes tous en train de mourir. »

     C’est Alice Géraud, envoyée spéciale de Libération à Givors (Rhône), le 7 juillet 2011.

 

     Voir la suite de l’article dans le fichier attaché.