Le comportement individuel n’est pas seul en jeu, l’institution invite les pouvoirs publics à agir sur un environnement marqué par l’exposition « excessive aux produits industriels ».

Les maladies non transmissibles (MNT), cancers, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires chroniques, diabète, etc. sont à l’origine de la moitié des décès dans le monde. En France les maladies chroniques sont responsables de près des 2/3 des décès : en 2014, 30 % des décès étaient dus aux cancers, 25 % aux maladies cardiovasculaires, 6 % aux maladies respiratoires chroniques et 2 % au diabète.

À l’occasion de la réunion de haut niveau des Nations Unies de 2018 sur les maladies non transmissibles, qui s’ouvre à New-York, l’Académie nationale de médecine appelle les pouvoirs publics à inscrire la prévention des MNT comme une priorité pour la santé en France et dans le monde. Et pour cela, de soutenir la lutte contre le tabac, l’alcool, les aliments transformés et la sédentarité. Consciente que le comportement individuel n’est pas seul en jeu, l’institution invite les pouvoirs publics à agir sur un environnement marqué par l’exposition « excessive aux produits industriels ».

« Face à de puissants lobbys, précise l’Académie, le rôle des organes scientifiques, de la société civile et des associations est essentiel comme ce fut le cas pour la lutte contre le tabac » qui recommande enfin « de soutenir l’internationalisation de la prévention des MNT en prenant en considération la mondialisation des produits industriels mis en cause et d’étudier les modalités nationales et internationales pour accroître la mobilisation scientifique afin d’accroître l’efficacité de modalités diplomatiques ».

Source : www.lequotidiendumedecin.fr