Soigner le travail, une urgence sociale !

Une personne sur 3 prend des psychotropes, des antidépresseurs dans sa vie de travailleur (1 travailleur sur 5 souffre de troubles mentaux, comme la dépression ou l’anxiété (rapport OCDE du 12 déc. 2011), les accidents du travail ne diminuent pas, les maladies professionnelles, les souffrances psychosociales non plus. Bien au contraire, elles se sont massifiées. Ce n’est ni une question de métier, ni une question de statut, ni encore celle d’un secteur professionnel. Ainsi, pour la partie visible, ce sont les salariés qui sont malades quand le discours idéologique tend à faire croire que le travail ne serait que souffrance.

Or, ce qui est en cause aujourd’hui, c’est le travail, ses conditions d’exercice, son management, ce qu’il véhicule dans son sens, sa finalité.

C’est donc le travail qu’il faut soigner. Et il s’agit là d’une urgence sociale. C’est le sens d’une étude réalisée et publiée en février 2012 par Fédération CGT Éducation Recherche Culture.