Un centre de recherche européen a calculé que les niveaux de dioxyde d’azote et de particules fines ont baissé respectivement de 40 % et 10 % en avril, pendant le confinement. En France, 1 230 décès auraient ainsi été évités (https://www.lemonde.fr/, 29/04/2020).

Selon Le Monde qui a eu accès aux résultats de ce travail inédit. En Italie, en France ou en Allemagne, le confinement a entraîné une baisse sans précédent de la pollution de l’air. Les particules fines et le dioxyde d’azote (NO2) étant responsables, chaque année en Europe, de plus de 400 000 morts prématurées selon l’Agence européenne de l’environnement, des chercheurs ont essayé d’estimer le nombre de vies épargnées grâce à cette chute spectaculaire des niveaux de pollution constatée avec la mise en œuvre, depuis un mois, de mesures pour lutter contre le Covid-19. Environ 11 000 décès auraient été évités en Europe selon une étude publiée mercredi 29 avril par le tout jeune Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur, CREA, un organisme de recherche indépendant international basé en Finlande et soutenu notamment par Climateworks et Bloomberg Philanthropies.

Avec 2 083 décès évités, c’est l’Allemagne qui tire le plus grand bénéfice de cette chute des niveaux de pollution liée au ralentissement de l’activité économique, devant le Royaume-Uni (1 752), l’Italie (1 490), la France (1 230) et l’Espagne (1 081). Outre les décès évités, l’étude identifie d’autres bénéfices sanitaires en l’espace d’un mois : 1,3 million d’arrêts de travail en moins, 6 000 nouveaux cas d’asthme évités chez les enfants, 1 900 visites aux urgences à cause de crises d’asthme aiguës ou encore 600 naissances prématurées en moins.

Pour parvenir à ces estimations, les chercheurs du CREA ont analysé les données issues de plus de 3 000 stations mesurant les concentrations de particules fines et de NO2 à travers l’Europe entre le 1er avril et le 26 avril, en les comparant aux niveaux des années précédentes tout en tenant compte des conditions météorologiques. Elles montrent globalement une diminution d’environ 40 % du niveau moyen de NO2 et de 10 % pour celui de la pollution à particules.

Publication d’un article du Progrès sur un incident à la raffinerie de Feyzin en août 2018.

Ces réductions des niveaux de pollution sont plus ou moins importantes selon les pays. Ainsi, pour le NO2, les baisses les plus prononcées sont observées au Portugal, en Espagne, en Norvège, en Croatie, en France, en Italie et en Finlande. Pour les particules fines, les améliorations sont les plus nettes au Portugal, en Grèce, en Suède, en Pologne, Finlande et en Espagne. Selon le CREA, cette chute de la pollution s’explique principalement par la baisse de la production électrique à partir des centrales à charbon et celle de la consommation de pétrole (un tiers), liée principalement à la réduction du trafic routier.

« Les bienfaits inattendus des mesures prises contre le coronavirus montrent à quel point la pollution de l’air est nuisible à notre santé et à quel point ses effets sur la santé sont négligés, commente Lauri Myllyvirta, analyste en chef au CREA. Une fois cette crise du Covid-19 terminée, il faudra pérenniser cette amélioration de la qualité de l’air en mettant en place des systèmes de transport et d’énergie propres. »

Que ce soit l’Allemagne qui tire le plus gros bénéfice, du point de vue de la santé, de la baisse de la pollution dans cette période, en lien avec « la baisse de la production électrique à partir des centrales à charbon » doit amener à se poser la question de ses choix politiques en matière de production d’énergie. L’Allemagne n’avait-elle pas privilégiée la fermeture de ses centrales nucléaires… au profit des centrales au charbon ? La seconde cause de non-pollution mise en évidence – une fois de plus – par cette étude est la baisse du trafic routier. Cette observation devrait conduire les gouvernements et l’Europe à réorienter fortement les investissements vers le trafic ferroviaire, économe en énergie pétrolière… et donc en vie humaines.

dolor. odio ut dapibus libero eleifend Praesent Praesent libero consequat. ut fringilla